Un magazine de La Petite Fabrique du Web - Éditions
Espace de recherche

Porcelaine de Limoges

Catégories : Culture, musées | Haute-Vienne (87)
Imprimer Twitter Facebook Google Plus
Four des Casseaux à Limoges
Le four des Casseaux à Limoges
Le pavillon du Verdurier à Limoges, avec ses émaux
Le pavillon du Verdurier à Limoges, avec ses émaux
Carnet d\

L'histoire de la porcelaine commence à l'époque Tang, en Chine, entre le VIIIe et le IXe siècle. L'Europe se fascine alors pour cette nouvelle matière dure, blanche, translucide et remarquablement solide. Elle maîtrise déjà certains arts du feu, tels que le verre ou la faïence, mais la conception de la porcelaine reste un mystère, que beaucoup tentent de percer sans succès. Il leur manque, en réalité, un matériau essentiel : le kaolin. Les premiers gisements de cet argile, en Europe, sont trouvés en Allemagne en 1709, puis en France, à Saint-Yrieix-La-Perche, en 1768. C'est alors que naît la porcelaine de Limoges. Dans la région, tous les atouts sont réunis pour développer cette nouvelle production : les forêts apportent le combustible nécessaire à la cuisson de l'argile, les nombreux cours d'eau et notamment la Vienne permettent l'installation de moulins, broyant les matières afin de les mettre à l'état de poudre ou d'émail. Limoges possède également une main-d’œuvre qualifiée et habile. Turgot, intendant du Limousin, voit dans cette nouvelle activité une source de richesse importante. La première manufacture en Limousin est créée en 1771. D'abord simple, la porcelaine et ses motifs s'affinent au cours du temps et des rachats de manufactures. Après la Révolution française, les productions reprennent et se développent rapidement. La région compte seize manufactures en 1827, et plus de trente en 1850. Certaines, de renom, émergent plus particulièrement, notamment la manufacture du Comte de Bonneval.

La seconde moitié du XIXe siècle représente l'âge d'or de la porcelaine de Limoges. De la vaisselle de table est produite, mais aussi et de plus en plus des objets d'art décoratif. Au XXe siècle, deux styles se distinguent : l'art nouveau et l'art déco. Les productions sont alors influencées par une collaboration entre les porcelainiers et des artistes renommés. Outre son aspect utile, la porcelaine de Limoges devient une source d'inspiration pour de nombreux artistes. Les manufactures limougeaudes participent aux expositions universelles et se font ainsi connaître à travers le monde.

Limoges, capitale des arts du feu

À travers sa porcelaine, mais aussi ses émaux et ses vitraux, la ville de Limoges devient célèbre pour sa maîtrise des arts du feu. L’appellation "Porcelaine de Limoges" devient une véritable marque, signe de qualité. La ville se distingue en effet par sa technique et ses savoir-faire, autour d'une matière dont la conception est, de par la précision des dosages et de la cuisson, complexe et particulière. À la suite des différentes crises et des nombreuses délocalisations, en Chine notamment, il ne reste désormais dans le secteur qu'une douzaine de manufactures. La porcelaine de Limoges résulte aujourd'hui d'un mélange entre des savoir-faire anciens et des techniques beaucoup plus modernes, telles que l'utilisation de lasers. Malgré l’arrêt de nombreuses manufactures, la ville de Limoges reste très marquée par cette activité porcelainière. Rythmés pendant plus de deux siècles par le travail des porcelainiers, la ville, la Vienne et ses alentours témoignent de ces activités par la présence de nombreuses mines de kaolin, d'anciennes usines, de fours.

Un peu partout dans les rues de Limoges, les visiteurs peuvent flâner et admirer les objets de porcelaine dans de nombreuses boutiques. Mais ils peuvent également découvrir l'histoire et les techniques de fabrication de la porcelaine limougeaude à travers la visite de manufactures, telles que celle de Royal Limoges. Il s'agit de la plus ancienne encore en activité, proposant un circuit de visite et un magasin d'usine. L’Espace Médart de Noblat offre, quant à lui, une image plus contemporaine de la porcelaine, notamment avec l'exposition de créations prestigieuses. Le Conservatoire des arts et techniques de la porcelaine de Limoges permet également de retracer, en vingt-trois thèmes, la passion des travailleurs porcelainiers. Plusieurs manufactures de porcelaine se trouvent également dans les villes d'Aixe-Sur-Vienne, de Saint-Léonard-De-Noblat et de Saint-Yrieix-La-Perche.

Le four des Casseaux est également ouvert, permettant aux visiteurs de se projeter au plus près du travail des ouvriers. Enfin, le Musée Adrien Dubouché présente une collection exceptionnelle d'objets en céramique, en porcelaine mais aussi en grès, en faïence, en poterie.

Informations pratiques pour les visites

© Un article de Julie Lardy - Détours en Limousin
Crédits photos : Vincent Schivre - Ville de Limoges
Publié le : 19 avril 2012

 

Retrouvez-nous sur... Le Limousin Et aussi...
Détours en Limousin ® | ISSN 2110-5340 | Un magazine de La Petite Fabrique du Web - Éditions
Accueil | Contact | Annonceurs, passez une publicité sur le site | Votre fiche dans le carnet d'adresses | Mentions Légales
© Détours en Limousin 2006 - 2019 | Tous Droits Réservés - Reproduction interdite | Un site conçu par La Petite Fabrique du Web
L'invitation au voyage
Découvrez le cœur de la France
Mille et une visites, un patrimoine riche
Merveilleuse campagne limousine

Détours en Limousin est le site dédié aux promenades et aux lieux de curiosité du Limousin : rivières, forêts, monuments, villes, sites de mémoire...
Les passionnés de nature, de balades, de découvertes, trouveront des idées pour découvrir la région.
X

Recevoir des idées de sorties en Limousin avec la newsletter !